En matière de locations meublées, la majorité des propriétaires optent pour le statut de loueur en meublé non professionnel (LMNP). Néanmoins, au-dessus d’un certain seuil de revenus, ou lorsque l’on souhaite déduire ses charges au montant réel, le particulier peut choisir le statut de Loueur en Meublé Professionnel (LMP).

Statut LMP : comment être éligible ?

Pour être éligible au statut LMP, l’investisseur doit répondre à deux conditions autrefois alternatives, mais devenues cumulatives depuis 2009 : 

  • Générer un revenu locatif annuel supérieur à 23 000 €
  • Retirer de cette activité 50% au moins de leurs revenus d’activité du foyer fiscal en France. 

À noter qu’il existait jusqu’en 2018 une 3e condition : l’inscription au Registre du Commerce et des Sociétés en tant que loueur professionnel. La suppression de cette condition n’est d’ailleurs pas sans poser de problème puisqu’à partir de 2021, tout bailleur remplissant les conditions de revenus locatifs de ce statut LMP est assujetti aux charges sociales, qui représentent désormais entre 35 et 40% des bénéfices locatifs.

LMP : les avantages fiscaux

Ce statut de loueur en meublé professionnel offre une multitude d’avantages puisqu’il est possible :

  • de pratiquer un amortissement des biens immobiliers loués, 
  • déduire des intérêts d’emprunts et des charges d’exploitations (dépenses courantes, impôts, cotisations sociales), 
  • récupérer la TVA sur le prix d’acquisition du bien. 

Par ailleurs, les loyers sont perçus en vertu d’un bail de 9 ans minimum avec en prime la possibilité de donner gestion du bien à un exploitant gestionnaire dans le cadre d’une résidence services (affaires, séniors, étudiants). Enfin, autres avantages notables, l’investisseur pourra imputer du déficit BIC sur le revenu global et sous certaines conditions, bénéficier d’une exonération d’impôt sur la fortune immobilière.